L'événement flamenco de l'année en France / La Niña Pastori le 2 avril 2015 à la Halle aux Grains / 14e édition du festival flamenco de Toulouse

Publié par dans Côté festivals et spectacles sur févr. 4, 2015

L'événement flamenco de l'année en France / La Niña Pastori le 2 avril 2015 à la Halle aux Grains / 14e édition du festival flamenco de Toulouse

PRÉSENTATION

La voix de la Niña Pastori est reconnaissable entre toutes. Elle est portée par la figure de Camarón de la Isla qui veille sur elle comme une étoile et qui jadis tenait sa main d’enfant dans la sienne. Elle avait douze ans à peine en effet, lorsque Camarón, l’écoutant chanter dans une peña gaditane, l’interrompit fasciné en plein milieu d’un cante pour l’inviter à partager la scène du Teatro Andalucía de Cádiz avec lui. Aujourd’hui, ses mélodies flamencas enfantées par dix- neuf ans de carrière sont servies par la force et la douceur de ses pellizcos gitans mêlés à cette très grande voix et déferlent avec succès dans le monde entier. Avec plus de 2 millions de disques et trois Grammy Latino, en 2009 et 2011 pour le meilleur album flamenco et en 2014 pour le meilleur album folklorique, la Niña Pastori est devenue l’emblème international du flamenco nuevo. Son style innovant, reconnu dès son premier album « Entre dos puertos » en 1995, l’a définitivement propulsée au top du panorama musical espagnol. Depuis 2001, avec l’album qui porte son prénom « Maria », elle a ouvert un nouveau chemin en partageant la composition et les arrangements de ses disques avec son mari El Chaboli. C’est en 2004 avec « No hay quinto malo » qu’elle marque un tournant radical en accédant à la première place des ventes en Espagne dès la première semaine de sa sortie dans les bacs. Depuis, sans aucune limitation personnelle ni artistique, elle n’a cessé d’affirmer cette voix qui va au-delà des styles et des genres en réinterprétant, au gré de ses envies, les plus belles chansons d’artistes comme Joan Manuel Serrat, Alejandro Sanz, Maná, Juan Luis Guerra, Antonio Machín, Manolo García, Luz Casal, Armando Manzanero, Los Chichos ou encore Marifé de Triana. Portée par Sony Music, et peut-être parce que les gaditans ont ce goût prononcé pour les voyages qui les ramènent toujours au port de Cadiz, elle assume également la simplicité et le naturel d’un flamenco de racines qu’elle revendique comme Une «façon de vivre» qui «cherche à réjouir les cœurs». Avec des paroles émouvantes qui pénètrent les âmes, bercées par des mélodies fraîches et envolées, la Niña a toujours été entourée d’une longue liste d’artistes de la musique internationale et du flamenco : Alejandro Sanz, Paco Ortega, Rafael Riqueni, Moraíto, Cañizares, Santana, Vicente Amigo, BernardoParilla,... La Niña Pastori se définit elle-même comme une personne simple, heureuse et sans ambition exacerbée, adorée par un public international toujours fidèle et inconditionnel, ce qui l’enorgueillit dit-elle avec son sourire enjôleur. Forte d’une actualité très riche, elle vient d’enregistrer « Raíz », un CD en trio avec les voix puissantes et racées de la mexicaine Lila Downs et de l’argentine Soledad Pastorutti. Récompensées par le Grammy Latino 2014 pour le meilleur album folklorique, ces trois femmes charismatiques rêvent et nous font partager l’arôme de leur pays, les offrandes d’une puissance colorée et des voix exceptionnelles, saturées d’émotion. Le festival flamenco de Toulouse accueille la Niña Pastori pour son unique date en France, ce jeudi 2 avril 2015, dans l’antre somptueux de la Halle aux Grains, créant une fois de plus l’événement. María Rosa García García, La Niña Pastori, y présentera son dernier spectacle, « Lo que quiere el alma », dans lequel elle propose des soleás, bulerías, tangos et des chansons inédites, entourée par Diego del Morao, Jesús Guerrero et El Chaboli. Une représentation qui reflète le secret d’une famille artistique fidèle au style unique de la Niña Pastori, rythmé par les chœurs, les palmas et les percussions. Une identité musicale qui porte, par-delà le monde, son caractère joyeux et enthousiaste et sa voix gitane assurée et suave à la fois. Texte - Manuela Papino

 

Last update: févr. 4, 2015